Accompagnement médico-psycho-social des personnes atteintes de pathologies chroniques invalidantes VIH, et/ou Co-infecté VHC,présentant parfois des co-morbidités associées et vivant en logement autonome ou hors structures de soins.


2012

Porteur de l'action : L'Abri, Association

Président : Max VAUQUELIN

9 Boulevard de la Buffardière, Évreux

02 32 62 84 85

siege@abriasso.org

http://www.abriasso.org

Thème
VIH-Sida IST, Maladies chroniques (autres)

Programmes
    Programme Haute-Normandie - PRAPS : Programme régional d'accès à la prévention et aux soins
  • Objectif Axe 2 : Améliorer l'accès à l'éducation pour la santé et à la prévention
    Programme Haute-Normandie - SRP - Priorité 1 : Inscrire la prévention et la promotion de la santé tout au long de la vie
  • Objectif Axe 3 : Vie affective et sexuelle

Contexte
L’association Aster puis l’abri est la seule association reconnue sur le département concernant la lutte et la prise en charge du VIH/SIDA, de plus l’accompagnement en appartement relais VIH puis par la suite des appartements de coordination thérapeutique a permis aux personnes d’identifier un lieu d’accompagnement, de soutien qui répondaient à leurs attentes. Les ACT ont permis, de par leur efficience, l’ouverture à d’autres personnes souffrant de pathologies chroniques invalidantes, en partenariat avec les différents réseaux de soins. Les personnes bénéficient d’un accompagnement individualisé, où un accent particulier est mis sur le développement psychosocial de leurs compétences afin de leur permettre d’être le plus autonome possible.

Objectif de l'action
* Objectifs généraux
- Permettre un accompagnement médico-psycho-social des personnes atteintes de pathologies chroniques invalidantes VIH, etiou co-infectés VHC, présentant parfois des co-morbidités associés et vivant en logement autonome ou hors structure de soins.
- Permettre un accompagnement global des personnes par un personnel formé à l’Education Thérapeutique du Patient.

* Objectifs opérationnels
- Permettre un accompagnement médico-socio-éducatif global pour améliorer la qualité de vie et par la même une qualité des soins
- Permettre un accueil, une écoute et un accès à l’information
- Permettre et favoriser un accès aux droits sociaux
- Eviter les ruptures dans le parcours de vie dans les moments de vulnérabilités
- Faciliter l’accès aux soins
- Informer sur la santé globale
- Permettre une prise en charge sans rupture avec le système de soins
- Accompagner l’observance thérapeutique comme outil de prévention
- Améliorer la qualité de vie des personnes afin de soutenir la chronicité des soins nécessaires
- Eviter l’isolement, la solitude, favoriser le lien social
- Soutenir les personnes en situations de souffrance psychique et ou présentant des conduites addictives
- Orientations vers les structures de soins adaptées et coordonner le parcours de soins
- Lutter contre les discriminations

Description
* Evaluation de la situation personnelle globale (médicale, psycho-social, administrative)
* Détermination d’un projet individualisé (objectifs, moyens à mettre en oeuvre)
* Mobilisation concrètes des actions: ouverture des droits, informations, orientations...

* En matière d’accès aux soins:
- Ouverture des droits sociaux, permettre soit la connaissance des dispositifs, du système de droits en matière de protection sociale en France et l’orientation (protocole de soins ALD, CMUC, aide à l’acquisition d’une complémentaire santé, AME, aides exceptionnelles CPAM....).
- Etablir des calendriers de fin de droit pour les personnes et ainsi éviter les situations de défaut de soins juste parce qu’il n’y a pas eu de renouvellement de dossier en temps et en heure.
- Orientation vers des professionnels de soins pour éviter les discriminations, refus de soins vécus comme un trauma important et quelquefois génère l’abandon des soins chez les patients (surtout pour les soins dentaires).
- Informer sur l’importance de l’observance thérapeutique pour éviter les échecs thérapeutiques (éducation thérapeutique du patient) par un travailleur social formé à I’ETP (40 h) qui actuellement mène une étude sur la faisabilité d’un action d’éducation thérapeutique du patient en milieux de vie spécifique en lien avec l’IREPS
- Informer sur la santé globale : hygiène de vie, alimentaire et environnementale
- Permettre une coordination des soins lorsque cela est nécessaire
- Mise en place de synthèse si nécessaire également.

* En matière d’accompagnement social: il s’agit de s’assurer que les personnes ont des ressources leur permettant de vivre, un logement décent et adaptés à leur situation médico-sociale et un environnement social leur permettant de s’épanouir

* En matière de ressources
La pathologie à VIH, certes, ouvre droit, comme d’autres pathologies chroniques invalidantes, des droits à l’allocation adulte handicapée. Toutefois les malades sont confrontés à des problématiques de différents ordres. Soit la personne concernée n’accepte pas cette prestation. En effet, elle ne veut pas se voir comme handicapée mais surtout elle ne saura que faire pour justifier ce handicap vis-à-vis du «monde extérieur» ». II s’agit d’accompagner vers l’acceptation de cet état, d’accompagner à la stratégie de justificatif et à présenter tous les avantages et les améliorations des conditions de vie grâce à cette allocation, et bien évidemment insister sur la possibilité de pouvoir « travailler plus tard ».
L’autre difficulté, c’est dans la procédure de refus par la MDPH, qui nécessite souvent de faire des recours, d’argumenter par des faits sociaux réels et l’impact pour la personne concernée sur sa prise en charge thérapeutique.

* En matière de logement:
L’accompagnement social de proximité permet également de soutenir dans les démarches de recherche de logement, de pouvoir intervenir en médiation avec le bailleur pour éviter parfois des expulsions, et saisir les services préfectoraux quand c’est nécessaire pour éviter la mise à la rue de personnes vivant avec la VIH et par la même aggraver la situation médico - sociale.
Il s’agit également d’évaluer avec les personnes concernées de l’adéquation du lieu de vie à la situation sociale ou médicale et d’intervenir en soutien auprès de bailleurs afin de demander des mutations pour raisons de santé (étages, pénibilité...) ou pour des raisons d’environnement (nuisance, difficultés...).
-L’accès aux loisirs, à l’occupationnel.
La connaissance du milieu associatif permet de pouvoir orienter les personnes vers des activités souhaitées par les personnes.
L’accompagnement physique, la stimulation et le lien de confiance établie avec les personnes permettent d’amener vers l’extérieur des personnes qui certes sont en souffrance psychosociale et sont isolées mais qui parfois s’auto-excluent.
Les associations de socialisation, de valorisation d’estime de soi, la socio esthétique sont des supports pour ce travail d’instauration de vie sociale.
L’association crée des partenariats avec les différentes structures pouvant être un outil d’insertion sociale pour les personnes et qui de plus peuvent prendre en charge la spécificité des personnes et « s’adapter » à des absences dues à l’état de santé ou des « petits troubles » liées à la souffrance psychosociale, ou à une prise en charge pathologie psychiatrique.

*Le lien familial :
Lorsque cela est possible et qu’il est demandé par les personnes ou les familles en accord avec la personne concernée, nous pouvons aider à restaurer des liens en donnant des informations spécifiques sur la pathologie, éviter les peurs et les stigmates dues à une méconnaissance des modes de contaminations et des risques « à vivre avec une personne séropositive »

* L’accès au projet professionnel
Un partenariat est créé avec les structures d’insertion professionnelle, la connaissance de nos publics est l’information, la formation faite auprès des professionnels facilitent l’orientation du public que nous accompagnons et permettent d’adapter les dispositifs et l’offre de services à leur situation.
De plus, l’association, avec l’accord de la personne concernée en soutien pour l’accompagnement.
Elle informe les personnes sur les dispositifs de droits communs existant comme la RQTH (reconnaissance qualité travailleur handicapé) qui permet d’aménager les postes de travail et conditions de travail en fonction de l’état du handicap d’une personne.
Elle oriente vers les prestataires de services compétents en la matière, et favorisons le plus possible ces situations de projets de formation, d’emploi, de bénévolats pour aider les personnes à recouvrir une « utilité » sociale et retrouver une place de citoyen.
Favoriser l’expression des personnes et favoriser la citoyenneté

* Evaluations et ajustements des actions
L’association l’abri a toujours pris en compte l’usager comme acteur de son projet de vie et à favoriser les moyens d’expression.
D’une part elle associe les personnes à l’élaboration du projet d’établissement, mais elle a également favorisé les rencontres avec les associations de patients tels que l’association AIDES et a permis aux personnes de participer à la rencontre « états généraux des personnes séropositives » en juin 2010.Des thématiques tels que : Vieillir avec le VIH, la sexualité et le VIH, les droits sociaux ont pu faire l’objet d’échanges et de débats. Ensuite, des informations ont été relayées par la présence des membres du COREVIH Haute Normandie.
Nous avons également participé à la journée nationale des personnes séropositives à Versailles avec la fédération nationale VIH et autres pathologies chroniques invalidantes, journée organisée par un COPIL de personnes concernées.
Ces diverses rencontres ont permis de réinscrire les personnes dans une dimension de citoyenneté avec des droits et des obligations (droits d’expression, droit à l’égalité, droits à l’information, droits au respect, droit aux soins, droit à participer aux instances décisionnaires, obligations, respect des règles, respect des personnes, respect du droit à avoir une opinion différentes...

Année de début de réalisation
2012

Année de fin de réalisation
2012

Durée
12 mois, de janvier 2012 à décembre 2012

Fréquence
Suivie

Public
Adultes 18-55 ans, Personnes de plus de 55 ans, Personnes en difficulté socio-économique

Nombre de personnes concernées
48 personnes

Type d'action
Education pour la santé, Consultation ou accueil individualisé de prévention, Accueil, écoute, orientation

Partenaire d'action
COREVIH, IREPS, CHI Eure-seine, CHU Rouen maladies infectieuses, services sociaux départementaux, Maredia, CSAPA.

Communication et valorisation de l'action
Information auprès de tous les partenaires, présentation de l’action auprès des institutionnels, une convention avec l’hôpital d’Evreux et les fiche de liaisons avec le CHU de Rouen.

Financeur
  • ARS : 46 000 € €

Evaluation de l'action
* Indicateurs quantitatifs
- Nombre de personnes rencontrées
- Nombre et nature d’accompagnement des personnes
- Nombre d’actions en partenariat

* Indicateurs qualitatifs
- Analyse des questionnaires de recueil des besoins et de satisfaction

Lieu d'intervention
L’action se déroule sur les lieux de vie des personnes atteintes de pathologies chroniques invalidantes et confirmé par l’ARS comme des territoires prioritaires.

Niveau géographique
Départemental, Territorial

Commune
Les Andelys, Bernay, Breteuil, Broglie, Conches-en-Ouche, Évreux, Louviers, Rugles, Verneuil-sur-Avre, Vernon, Val-de-Reuil

Niveau départemental
Eure

Niveau territorial de santé
Evreux, Le Havre, Rouen

Plan national
VIH/SIDA/IST - Plan national de lutte contre le VIH/SIDA et les IST (2010 - 2014)

Catégorisation
A1
Développement d'offres de promotion de la santé
A2
Représentation d'intérêts, collaboration entre organisations
A3
Mobilisation sociale
A4
Développement de compétences personnelles
B1
Offres en matière de promotion de la santé
B2
Stratégies de promotion de la santé dans la politique et les institutions
B3
Potentiel social et engagement favorables à la santé
B4
Compétences individuelles favorables à la santé
C1
Environnement physique favorable à la santé
C2
Environnement social favorable à la santé
C3
Ressources personnelles et types de comportement favorables à la santé
D
Augmentation de l'espérance de vie en bonne santé - Amélioration de la qualité de vie - Diminution de la morbidité et de la mortalité (liée à des facteurs de risque)