Observation et Suivi Cartographique des Actions Régionales de Santé

Accueil > Grand Est > Recherche avancée > Résultats de la recherche > Accompagner le changement des comportements alimentaires et d’hygiène de vie chez l’enfant à travers une démarche participative et transversale

Accompagner le changement des comportements alimentaires et d’hygiène de vie chez l’enfant à travers une démarche participative et transversale Retour aux résultats Export texte (RTF)

2015

Porteur de l'action : L'Avis en Vert, Association


Directeur : Charles-Etienne DUPRE LA TOUR (co-gérant)
13, rue Martin BUCER, 67000 Strasbourg

0687058624

Thème
Nutrition (alimentation et activité physique), Santé scolaire
Programme
    Programme : Diminuer la prévalence du surpoids et de l’obésité des enfants et adolescents
  • Objectif Objectif 2: Faire évoluer les comportements alimentaires des enfants et des adolescents
    Programme : Réduire les inégalités territoriales et sociales de santé pour améliorer l’accès à la prévention, à la promotion de la santé et aux soins
Contexte
En Alsace, le surpoids et l’obésité précoces ainsi que le diabète de type 2 sont les principales maladies chroniques touchant les enfants et les adolescents. Dans la population alsacienne totale, la croissance très rapide du taux d’obésité et de surpoids est un fait préoccupant : + 96 % entre 1997 et 2009. En 2009, le taux d’obésité déclarée chez l’adulte était de 17,8 % faisant de l’Alsace la deuxième région, après le Nord-Pas-de-Calais, touchée par cette maladie. En ce qui concerne les enfants, l’Alsace se tient au premier rang des régions de France métropolitaine en termes de prévalence de l’obésité avec un taux de 4,1% et un taux de surpoids de 15,3 % chez les enfants de 5 à 6 ans.

Agir pour prévenir la surcharge pondérale chez les enfants en Alsace est donc un enjeu prioritaire de santé publique.

Un contexte épidémiologique local bien caractérisé : de 2008 à 2009, un recensement des données existantes effectué conjointement par la Communauté Urbaine de Strasbourg et le Rectorat a permis de mettre en évidence que :
- en zone urbaine, la prévalence de l’obésité chez les enfants de 5-6 ans est plus importante que pour les enfants vivant à la campagne avec un taux de 7,4 % contre 6,7 % ;
- à Strasbourg, le pourcentage d’enfants concernés par l’obésité est plus élevé en zone d’éducation prioritaire (ZEP) ou en zone à urbaniser en priorité (ZUP) que dans les autres quartiers de la ville : 9,7 % contre 5,8 %.
- la répartition des taux d’obésité est inégale en fonction des quartiers : 16,4% au Neuhof, 11,5 % à la Meinau contre 3,4 % à la Robertsau par exemple.

Ces données ont mis en évidence l’influence du niveau socio-économique des populations sur le taux d’obésité. Aujourd’hui la volonté des institutions et des pouvoirs publics est d’agir durablement et de manière transversale sur ces inégalités sociales et territoriales de santé. Cette priorité est particulièrement mise en évidence dans le Plan Stratégique Régional de Santé 2012-2016 élaboré par l’ARS Alsace et reprise dans le cahier des charges du présent appel à projets. En effet, les établissements situés dans les quartiers prioritaires de la ville de Strasbourg sont ceux à qui doit bénéficier davantage la campagne d’information et de sensibilisation à l’équilibre alimentaire et à l’hygiène de vie favorable à la santé des enfants.

Par ailleurs, il existe un lien direct reconnu entre le surpoids, l’obésité et les comportements alimentaires, associés à un manque d’activité physique. Les facteurs de risque étant principalement liés au mode de vie, un fort pourcentage de ces pathologies serait évitable grâce à des actions qui agissent sur les habitudes quotidiennes. Ainsi, le rôle des actions locales en matière de prévention et de promotion de la santé apparaît comme étant structurel et essentiel. D’où les recommandations des institutions étatiques et régionales au sujet de la collation matinale

Cet état des lieux de la prévalence de l’obésité et du surpoids en Alsace a mené les institutions à élaborer des recommandations liées à l’éducation nutritionnelle des enfants, et notamment au sujet de la collation matinale dans les écoles.
Objectif de l'action
* Objectif général :

- Contribuer à réduire la prévalence de l’obésité et du surpoids chez l’enfant en Alsace.

* Objectif intermédiaire 1 :

- Faire évoluer les comportements alimentaires quotidiens de l’enfant de la maternelle au primaire.

* Objectif opérationnel 1.1 :
- Informer les parents sur les apports physiologiques et nutritionnels du petit-déjeuner et échanger avec eux sur les rythmes alimentaires et biologiques de l’enfant au cours de sa journée.

* Objectif opérationnel 2.1 :
- Informer et sensibiliser les parents au lien entre les habitudes de vie et le risque de surpoids et d’obésité pour l’enfant en décryptant les indicateurs de risque.

Les recommandations officielles concernant l’éducation nutritionnelle et l’activité physique n’étant pas connues de toutes les parties prenantes, il est nécessaire d’établir un temps d’information et d’échange de qualité auprès des bénéficiaires de l’action.

* Objectif opérationnel 1.2 :
- Relever les contraintes des parents en ce qui concerne leurs choix alimentaires et leur proposer des moyens concrets de s’orienter vers une alimentation saine et équilibrée tout en gardant la maîtrise du budget familial.

* Objectif opérationnel 1.3 :
- Sensibiliser les enfants, en coordination avec le projet CAAPS2, aux bienfaits du petit-déjeuner pour la santé.

* Objectif opérationnel 2.2 :
- Sensibiliser les enfants aux bienfaits de l’activité physique et d’un bon sommeil.

* Objectif opérationnel 3.1 :
- Initier une démarche commune entre les écoles volontaires et les parents d’élèves sur l’éducation nutritionnelle et la promotion de l’activité physique.
Description
* Objectif opérationnel 1.1 :

- Informer les parents sur les apports physiologiques et nutritionnels du petit-déjeuner et échanger avec eux sur les rythmes alimentaires et biologiques de l’enfant au cours de sa journée.

* Objectif opérationnel 2.1 :

- Informer et sensibiliser les parents au lien entre les habitudes de vie et le risque de surpoids et d’obésité pour l’enfant en décryptant les indicateurs de risque.

Pour plus de pertinence, les objectifs opérationnels 1.1 et 2.1 seront atteints en menant une action commune détaillée ci-dessous :
. Information des écoles maternelles et élémentaires du territoire ciblé sur l’initiative, commune à l’ARS et à la Ville de Strasbourg, qui vise à réduire la prévalence du surpoids et de l’obésité chez l’enfant ;
. Programmation au sein des établissements scolaires volontaires d’une réunion d’information-débat aux parents, enseignants et éducateurs périscolaires sur les facteurs de risque liés à la surcharge pondérale chez l’enfant.
. Déroulement de l’action pour une durée estimée de 2 heures : Entrée en matière interactive avec un quiz sur l’état des lieux épidémiologique alsacien concernant la prévalence de l’obésité et du surpoids chez l’enfant ; Présentation des recommandations officielles sur la collation matinale et sur le rôle du petit-déjeuner dans la journée de l’enfant ; Présentation des principes d’hygiène de vie liés à la prévention de la surcharge pondérale (rythmes alimentaires, activité physique, sommeil, santé bucco-dentaire) ; Echanges avec le public sous forme de questions/réponses ; Proposition aux parents de s’inscrire à un atelier participatif sur le thème : «Comment s’orienter vers une alimentation saine et équilibrée tout en gardant la maîtrise du budget familial ?» (cf. objectif opérationnel 1.2).

* Objectif opérationnel 1.2 :

- Relever les contraintes des parents en ce qui concerne leurs choix alimentaires et leur proposer des moyens concrets de s’orienter vers une alimentation saine et équilibrée tout en gardant la maîtrise du budget familial.

. Déroulement de l’atelier «Comment s’orienter vers une alimentation saine et équilibrée tout en gardant la maîtrise du budget familial ?» : Co-définition de «l’alimentation saine et équilibrée» ; Réflexion partagée sur les contraintes et motivations liés à l’achat d’aliments sains et à la constitution d’un menu équilibré hebdomadaire ; Présentation d’un panel de solutions pratiques appuyées par la distribution de fiches-outils ; Elaboration de mini-plans d’actions par et pour chacun des participants.

* Objectif opérationnel 1.3 :

- Sensibiliser les enfants, en coordination avec le projet CAAPS2, aux bienfaits du petit-déjeuner pour la santé.

* Objectif opérationnel 2.2 :

- Sensibiliser les enfants aux bienfaits de l’activité physique et d’un bon sommeil. L’accompagnement des familles dans leur changement de comportements alimentaires et d’habitudes de vie passe notamment par la sensibilisation directe des enfants. Au vu des données épidémiologiques qui précisent que le taux d’obésité est plus important chez les 5-6 ans, nous faisons le choix d’intervenir dans les classes de grande section et de CP sous forme d’animations ludiques et pédagogiques.

. Programmation pour les établissements et enseignants volontaires d’animations dans les classes de grande section et/ou de CP (dans la limite de 20 classes volontaires) ;
. Les animations sont prévues pour une durée de 45 minutes, les classes sont divisées en deux groupes afin que chacun des groupes bénéficient des animations sur les deux thématiques. Durée totale par classe : 1h30 ;

- Animation 1 sur l’importance du petit-déjeuner : (L’Avis en Vert : 20 séances de 45 minutes, concernant 10 classes, en parallèle de l’animation 2) ;
. Co-définition des notions abordées : «aliment», «petit-déjeuner» ;
. Activités ludiques sur les interrogations et les freins des enfants face à la question de l’aliment ;
. Choix par l’enfant d’une action à mettre en œuvre pour améliorer son petit-déjeuner exprimé sous la forme d’un dessin ou dans un cahier commun ;
. Proposition d’activités à l’enseignant pour prolonger les discussions sur ces thématiques ;

- Animation 2 sur l’importance de l’activité physique : (UNIS VERS le SPORT : 20 séances de 45 minutes en parallèle de l’animation : 1 + 10 séances de 45 minutes en parallèle de l’animation 3 (voir ci-dessous)) ;
. Co-définition des notions abordées : «sommeil», «activité physique» ;
. Questionnements et jeux interactifs sur la thématique ;
. Mise en place d’un parcours ludique et éducatif associant une activité physique (différentes conduites motrices) et un travail de sensibilisation autour des 2 notions ;
. Proposition d’activités à l’enseignant pour prolonger les discussions sur ces thématiques
. L’association UNIS VERS le SPORT interviendra seule sur 20 séances (soit 5 classes/10 sous-groupes) supplémentaires de 45 minutes. En parallèle de l’animation 2, l’animation 3 sera proposée à chaque sous-groupe :

- Animation 3 : l’importance du petit-déjeuner et l’inutilité de la collation matinale : (UNIS VERS le SPORT : 10 séances de 45 minutes) ;
. Co-définition des notions abordées : «petit-déjeuner», «goûter», «grignotage» ;
. Parcours ludique et éducatif associant une activité physique (différentes conduites motrices) et la création d’un petit déjeuner
. Jeu pratique sur les temps de repas au cours d’une journée ;
. Proposition d’activités à l’enseignant pour prolonger les discussions sur ces thématiques.

* Objectif opérationnel 3.1 :

- Initier une démarche commune entre les écoles volontaires et les parents d’élèves sur l’éducation nutritionnelle et la promotion de l’activité physique.

. Organisation d’un World-Café au sein des établissements volontaires (dans la limite de 4 établissements volontaires) afin de faire réfléchir les parents et l’école sur des actions communes qui participeraient à la prévention de l’obésité et du surpoids chez l’enfant (équipe éducative, animateurs du périscolaire, parents d’élèves, acteurs de la médecine préventive, représentants d’associations locales et de la collectivité si pertinent).
. Déroulement de l’animation pour une durée de 2 heures : Présentation du déroulement et des règles du World-Café ; Organisation des séances de discussions par groupes ; Réflexion commune et rotation des groupes selon le principe du World-Café ; Mise en commun des idées ; Définition des prochaines étapes (constitution d’un groupe de pilotage du projet, rédaction d’un plan d’actions).
Année de début de réalisation
2015
Année de fin de réalisation
2015
Durée
1 an
Public
Tout public ; Enfants (2-5 ans) ; Enfants (6-9 ans) ; Adultes 18-55 ans ; Professionnels de santé ; Professionnels du social ; Professionnels de l'éducation ; Parents ; Personnes en difficulté socio-économique
Public cible prioritaire : - Parents d’élèves d’écoles maternelles. Autres publics cibles intégrés dans la démarche : - Elèves de grande section de maternelle ; - Enseignant(e)s et chef(fe)s d’établissements ; - Equipe de santé scolaire (puéricultrices, infirmières, médecins).
Nombre de personnes concernées
10 / 42 écoles visées soit 24 %. Estimation du nombre de familles touchées : 199 / 8900 soit 2 %. Estimation du nombre d’enfants touchés : 3 / 20 classes soit environ 58 / 500 enfants (12 %).
Type d'action
Communication, information, sensibilisation ; Education pour la santé ; Travail en réseau
Partenaire d'action
Partenaire principal, financeur, : l’association UNIS VERS le SPORT.
Outils et supports utilisés
- Powerpoint CAAPS, lors des réunions d’informations ; - Plaquettes et affiches du Plan de conviction sur la collation, distribuées par les directrice(teurs) lorsqu’ils les avaient (seulement une dizaine ont été distribuées en ma présence).
Outils et supports créés
- Powerpoint «Petits–déjeuners du monde », lors des réunions d’information et des ateliers pour illustrer la diversité alimentaire ; - Quiz «info–intox», lors des réunions d’information et des ateliers pour évaluer à chaud les notions retenues.
Communication et valorisation de l'action
- Un message sur la page facebook de L’Avis en Vert vers fin octobre 2015.

- Un courriel aux écoles maternelles et élémentaires de la Ville de Strasbourg le 28/10/2015.

- Un questionnaire de satisfaction, conçu et préconisé par CAAPS, a été proposé en fin de réunions d’information. Bien souvent, les parents ne répondaient pas à toutes les questions et/ou ne semblaient pas très à l’aise avec ce moment de lecture et d’écriture. Lors des premières séances, j’ai donc proposé ce questionnaire puis j’ai modifié ma pratique en proposant le quiz info–intox qui permet d’évaluer à chaud les notions retenues en levant un carton vert ou rouge à chaque affirmation lue par l’intervenante. Les personnes semblaient plus à l’aise et plus dynamique lors de l’usage de cet outil. Le bémol de cet outil est qu’il ne permet pas de garder une trace des réponses des participant.es.

- Un atelier de bilan collectif a été conçu et proposé. A ce jour, une école maternelle a souhaité bénéficier de la réunion d’information, de l’atelier pratique «alimentation et budget» et de l’atelier de bilan collectif. Mais le jour du bilan collectif, une seule participante était présente. Les autres parents ne sont pas venus ce jour là (période de Ramadan alliée à une journée particulièrement chaude et donc fatigante). Néanmoins, le directeur de l’école souhaite que le bilan collectif soit proposé à nouveau à l’automne 2016.
Financeur
ARS : 12 000 €
Collectivités territoriales : Eurométropole : 20 000 €
   Conseil régional : 60 000 €
Etat
   DIRECCTE : 27 350 €
Etat
   Autre : Fonds européens : 24 637 €
Fonds propres : Bénévolat : 1 245 € ; Vente de produits finis, de marchandises, prestations de service : 1 774 246 €
Evaluation de l'action
* Indicateurs quantitatifs :

- 18 actions ont été effectuées sur le terrain ;
- 9 écoles ont été concernées par les actions réalisées ,
- 199 personnes ont participé aux intervention : 141 parents et 58 enfants (5 à 15 parents par animation - 17 à 21 enfants par animation).
- Une dizaine de supports de communication/information ont été distribuée par les directeurs(trices) d'école.

- lancement du plan de conviction par l’ARS, le Rectorat et la Ville de septembre à mi octobre 2015 : (mail, plaquettes) et attente des demandes des écoles. Aucune demande ne nous est parvenue ;

- Envoi d’un courriel aux écoles le 28/10 (de fin octobre 2015 à janvier 2016): Des premières demandes de réunion d’information nous parviennent pour des interventions en novembre, décembre et janvier. Mais plutôt peu de demandes (4 écoles maternelles – 8 animations dont 1 en observation de l’équipe CAAPS à Barr) par rapport aux nombres d’écoles potentielles (42 écoles maternelles et élémentaires) ;

- Nouvelle relance par l’ARS, le Rectorat et la Ville de Strasbourg par courriel (de février à juin 2016) : Des nouvelles demandes nous parviennent (4 nouvelles écoles maternelles et 1 école élémentaire) pour des animations en mars, mai et juin 2016 (10 animations) ;

- Au moins 4 à 6 animations sont prévues ou à confirmer pour l’automne 2016. Ces demandes au-delà de juin 2016 tiennent au fait que certaines écoles n’ont pas encore pris la décision d’arrêter le moment de la collation dès septembre 2016. Néanmoins elles désirent proposer la réflexion au sein de l’école avec les parents dans le but d’arrêter le moment de la collation progressivement ou au plus tard en septembre 2017.



* Indicateurs qualitatifs :

- Un bon niveau de compréhension de l’information des bénéficiaires suite aux réunions d’information/ateliers thématiques ;
- 70 % de satisfaction des participants aux interventions selon les questionnaires de satisfaction ;
- 1 personne a déclaré avoir adopté un changement suite à une réunion d’information, «diminution du temps d’écran avant d’aller au lit pour sa fille».


Dans le cadre de l'objectif général "Contribuer à réduire la prévalence de l’obésité et du surpoids chez l’enfant en Alsace" :

- L’état d’avancement actuel de l’action ne permet de dire si l’objectif général est atteint concrètement (dans les chiffres de santé publique régionaux) mais il est certain que l’action a contribuer à alerter et dialoguer sur le caractère non anodin voir alertant d’une situation du surpoids ou d’obésité chez un enfant.

- Les réactions et questions observées chez les parents nous permettent de reformuler l’objectif général initial de la façon suivante : «Contribuer à remettre en tête aux gens l’idée qu’une situation de surpoids ou d’obésité chez un enfant de 3 à 11 ans doit mener à une réaction de son entourage et qu’il est donc possible d’agir au sein de la famille et aussi en parlant avec les enseignant(e)s, la puéricultrice, l’infirmière ou encore la médecin scolaire».


Dans le cadre de l'objectif intermédiaire 1 "Faire évoluer les comportements alimentaires quotidiens de l’enfant de la maternelle au primaire" :

- la formulation de l’objectif intermédiaire 1 est plutôt ambitieux dans l’utilisation des termes «faire évoluer les comportements».

- Les résultats de l’action nous ont montré et confirmé que les changements de comportement passent avant tout par l’évolution de la réflexion, l’évolution des représentations, des avis et convictions des personnes.
- l’action a permis de déclencher ou d’améliorer la prise de parole de la part des parents sur les habitudes alimentaires quotidiennes. Cette prise de parole est une étape clé du processus de changement de comportement, changement d’habitude.


Dans le cadre des objectifs opérationnels :

1.1 - Informer les parents sur les apports physiologiques et nutritionnels du petit-déjeuner et échanger avec eux sur les rythmes alimentaires et biologiques de l’enfant au cours de sa journée Cet objectif est atteint sur le fond.

- Il n’est pas totalement atteint sur le nombre de parents que l’action ciblait au démarrage.


1.2 - Relever les contraintes des parents en ce qui concerne leurs choix alimentaires et leur proposer des moyens concrets de s’orienter vers une alimentation saine et équilibrée tout en gardant la maîtrise du budget familial.

- Cet objectif est atteint.
- L’action nous permet de dire que les contraintes des parents sont multiples : le type de magasins alimentaires présents à proximité du lieu de vie, le budget, la différence entre ce que mangent les adultes et ce qu’ils voudraient que leurs enfants mangent, la façon de gérer les demandes des enfants lors des courses ou lors des repas, la réappropriation et la confiance des parents en leur capacité à faire découvrir la diversité des aliments et à transmettre les bonnes habitudes, des recettes à leurs enfants, le poids des habitudes, la gestion des rythmes de la journée (l’endormissement, le réveil, les moments d’activités en dehors de l’école).

- La proposition de moyens concrets pour s’orienter vers une alimentation saine tout en gardant la maîtrise du budget a été facilitée notamment dans l’école qui a reçu l’atelier pratique «Alimentation et budget».


1.3 - Relever les interrogations et les freins des enfants face à la question de l’aliment et les sensibiliser, en coordination avec le projet CAAPS2 et les actions de la DRAAF, aux bienfaits du petit-déjeuner pour la santé.

- Cet objectif est commencé et encore en cours jusqu’à décembre 2016. Les animations de sensibilisation des enfants ont a présent eu lieu dans trois classes de grande section des écoles maternelles. Les enfants sont encore un peu jeunes pour exprimer facilement leurs freins face à la question de l’aliment mais lors des animations ils réagissaient avec intérêt aux activités proposées. Les animations pour évoluer dans leur forme à l’automne 2016.


Dans le cadre de l'objectif intermédiaire 2 "Inciter à l’adoption de principes d’hygiène de vie et de pratiques quotidiennes qui préservent et favorisent la santé des enfants" :

- L’objectif est atteint sur le fond, mais pas encore en nombre de familles ciblées.


Dans le cadre des objectifs opérationnels :

2.1 - Informer et sensibiliser les parents au lien entre les habitudes de vie et le risque de surpoids et d’obésité pour l’enfant en décryptant les indicateurs de risque.

- Cet objectif est atteint sur le fond.
- Il n’est pas totalement atteint sur le nombre de parents que l’action ciblait au démarrage.
- L’action a permis des échanges de qualité avec les parents présents.


2.2 - Sensibiliser les enfants aux bienfaits de l’activité physique et d’un bon sommeil.

- Cet objectif est commencé et encore en cours jusqu’à décembre 2016. Là encore les enfants de maternelles ont montré de l’intérêt pour les activités proposées.


Dans le cadre de l'objectif intermédiaire 3 : "Pérenniser les changements de comportements dans les familles et au sein des écoles et soutenir la dynamique locale autour de projets liés à la prévention de l’obésité et le surpoids chez l’enfant"

- C’est l’objectif le plus ambitieux mais aussi celui qui fait sens dans une logique de promotion de la santé car il vise le moyen terme et le long terme. Il dépend fortement de l’implication des différentes parties prenantes. Lors de l’action, l’enjeu était de comprendre les représentations et le point de vue des différentes parties prenantes afin de savoir jusqu’à quel point ces personnes souhaitaient s’impliquer dans une dynamique commune et sur le long terme.


Dans le cadre des objectifs opérationnels :

3.1 - Initier une démarche commune entre les écoles volontaires et les parents d’élèves sur l’éducation nutritionnelle et la promotion de l’activité physique.

- Objectif en cours d’être atteint : un groupe scolaire (maternelle et élémentaire) souhaite mettre en place une démarche commune dès septembre 2016.
L’équipe enseignante d’une école maternelle a souhaité co–organiser avec L’Avis en Vert un projet pédagogique sur le thème de la prise régulière du petit–déjeuner à la maison pour l’année 2016/2017.


3.2 - Solliciter les structures éducatives, sanitaires et sociales locales pour harmoniser la transmission des informations relatives à l’alimentation et à l’hygiène de vie.

- L’objectif n’est pas atteint mais des discussions non formelles ont été partagées dans ce sens avec une médecin et une infirmière de la PMI de la Ville de Strasbourg.


Secteur d'activité
Milieu scolaire
Niveau géographique
Territorial
Ancien découpage régional
ALSACE
Commune
Strasbourg
Niveau communal
Strasbourg
Catégorisation
A1
Développement d'offres de promotion de la santé
A2
Représentation d'intérêts, collaboration entre organisations
A3
Mobilisation sociale
A4
Développement de compétences personnelles
B1
Offres en matière de promotion de la santé
B2
Stratégies de promotion de la santé dans la politique et les institutions
B3
Potentiel social et engagement favorables à la santé
B4
Compétences individuelles favorables à la santé
C1
Environnement physique favorable à la santé
C2
Environnement social favorable à la santé
C3
Ressources personnelles et types de comportement favorables à la santé
D
- Augmentation de l'espérance de vie en bonne santé
- Amélioration de la qualité de vie
- Diminution de la morbidité et de la mortalité (liée à des facteurs de risque)
Niveau territorial de santé
Territoire 2
Niveau territorial de santé autre territoire
STRASBOURG
Lieu d'intervention
Strasbourg, quartiers Hautepierre, Gare, Centre et Cronenbourg.
Les interventions ont eu lieu dans les écoles maternelles publiques.

© CRES PACA - ARS PACANous contacter •  Accès administrationCrédits